Manu Landwood


Nom, nationalité, ville/pays?

Alors Emmanuel Bonnaty, AKA Manu Landwood, Français bien (pas) de chez nous, né en Colombie, élevé en Afrique et perverti en France.


Quel est ton parcours et ce qui t’a amené à devenir l’artiste que tu es ?

En fait, je dessine depuis que j’ai l’âge de tenir un crayon. Enfant unique, fallait bien que je m’occupe…!

Arrivé en France à l’adolescence, je me suis mis au skate et j’ai découvert l’art urbain (graff, tags) au gré des spots que je ridais et le graphisme au travers d’Urban ou Tricks magazine. J’ai atterri ensuite en école d’arts appliqués à Lyon puis j’ai navigué professionnellement dans diverses structures, design textile, services de communication ,agence ou imprimerie.  Et depuis quelques temps maintenant, j’évolue dans le milieu moto vintage grâce à Vintage Racing Spirit et bien sûr Age of Glory.


3 adjectifs qui te définissent le mieux ?

Hédoniste, curieux, drôle (des fois…il parait…).


Quelles sont tes influences ? Ce qui t’inspire pour travailler ?

Comme je le disais plus haut, j’ai beaucoup été influencé par la culture skate des années 90’s. Instagram et certains comptes en particulier sont devenus ma grosse source d’inspiration pour ce qui est de l’illustration. Je suis tombé dingue de la subtilité de Petites luxures, du style illustratif japonais de Yeaaah Studio et des lettreurs juste hallucinants. Les photos de Laurent Nivalle m’impressionnent aussi beaucoup.


Technique(s) de travail (crayon, peinture, encre, digital…) ?

Professionnellement, j’utilise beaucoup la tablette graphique car ça me permet de gagner du temps et d’optimiser mon flux de production. En dehors de ça je touche à toutes les techniques, feutres pour enfants, critérium, bic, linogravure, bombes… Et en photo, bah mon iphone ou mon reflex.


Avec quel artiste tu aimerais (aurais aimé) travailler ?

Bonne question… Je n’en sais trop rien. Ah si, un seul… J’aurais aimé suivre Hugo Pratt, l’auteur de la BD Corto Maltese dans un de ses voyages…


Si tu devais choisir un bouquin ou magazine, quel serait-il ?

Un magazine, ce serait MAX que j’adorais lire mais il n’est plus édité et en bouquin, difficile de n’en choisir qu’un… Donc… “Conan” de Howard, “L’enfant” de Jules Vallès et le “Fabuleux voyage de Nils Holgersson à travers la Suède” de Selma Lagerlof. Une BD Corto Maltese de Hugo Pratt aussi, “La balade de la mer salée” ou “La maison dorée de Samarkand”… 


La musique est-elle importante pour toi, notamment dans ton processus de travail ? et qu’est-ce que tu écoutes en ce moment ?

Je fais tout en musique et j’écoute principalement ma playlist Landwood (un gros mix de rock, de blues et d’autres morceaux qui m’inspirent le milieu moto vintage). Sinon, j’ai des compils de Rap US, d’électro rétro, de soul ou de musique afro que je passe souvent.


Le site web que tu consultes tous les jours ?

Je suis sur Instagram tout le temps, un peu Facebook pour interagir et discuté avec la “communauté”. Pinterest aussi. Je regrette la fermeture de ffffound.com qui était une source d’inspiration énorme pour moi. Pôle Emploi ça compte ?…


Si tu devais partir 1 mois dans un endroit perdu au bout du monde, quelles seraient les 3 choses/objets/autres primordiales que tu emmènerais avec toi ?

Un couteau, carnet/crayon et une canne à pêche.


Une anecdote marrante à raconter?

Quand j’avais 15 mes parents m’ont offert un scooter flambant neuf. Tellement fier, je voulais le prendre dès le lendemain pour partir au lycée. Sauf qu’à 7h30 du matin, heure de partir de la maison, il pleuvait des cordes. Mon père, ma mère m’ont déconseillé de partir en deux roues mais je n’ai pas voulu les écouter et je suis parti. J’ai roulé à peine 1 km lorsqu’un un camion m’a dépassé à pleine vitesse et m’a surpris au point que j’ai mis ma roue avant dans le bas côté. J’ai fait un magnifique soleil et glissé sur 10m avec le scooter. Je n’ai rien eu mais le samedi suivant, le scooter, lui, était déjà au garage…


Site web?

Instagram: @landwood_mc